Écoles de journalisme : le CFJ abandonne les épreuves écrites dans son concours

L’établissement parisien a annoncé la transformation de ses modalités de recrutement. Fini les QCM d’actualité et de culture générale à bachoter, le CFJ sélectionnera désormais ses candidats via dossier et épreuves orales.

Nouveauté dans le monde des écoles de journalisme : le CFJ (Centre de formation des journalistes) abandonne ses QCM (questionnaires à choix multiples) et ses épreuves écrites dès la session 2018. Désormais, pour intégrer l’établissement parisien, les candidats devront préparer et remplir un imposant dossier en ligne, intégrant motivation, réactions à l’actualité et vision du métier. Les épreuves orales, qui permettent à l’école de faire son choix parmi 130 admissibles, demeurent dans cette nouvelle mouture du concours.

Réfléchir sur sa motivation

Cette décision prise par le CFJ est le fruit d’une longue réflexion au sein de l’établissement, comme l’explique Julie Joly, sa directrice depuis 2012. “Dès mon arrivée, j’ai été frappée par l’énorme distorsion entre les résultats aux écrits et aux oraux. Ceux qui réussissaient le mieux les écrits manquaient souvent de recul sur le métier de journaliste. D’où l’idée d’un recrutement sur dossier et un oral. Pendant cette période d’élaboration du dossier, plutôt que bachoter et apprendre par cœur, ils réfléchissent sur leur motivation et sur eux-mêmes“, explique-t-elle.

Lire aussi : Exclu. Journalisme : le DUT info-com de Tours se transforme en master

Les journalistes en herbe titulaires d’un bac+3 ont donc jusqu’au 29 mars 2018 pour s’inscrire sur le site du CFJ. Ils auront ensuite jusqu’au 16 avril au plus tard pour rendre leur dossier, qui compte 22 questions. Parmi celles-ci, il leur est demandé de décrire “un endroit extraordinaire situé à moins de 10 kilomètres” de chez eux ou de citer “une innovation récente qui marquera le journalisme”. “Certaines réponses sont courtes, d’autres plus développées, pouvant aller jusqu’à 5.000 signes. Nous estimons qu’il faut environ deux semaines pour bien remplir ce questionnaire”, précise la directrice.

Se faire relire par ses proches

L’établissement encourage les candidats à faire relire leur dossier par des proches avant de l’envoyer. “Nous savons que la plupart le feront. Après tout, se faire relire, demander l’avis des autres, pour en retenir l’essentiel et l’écrire, c’est le principe même de notre métier. En revanche, si les réponses sont écrites par d’autres, ou trop formatées, nous nous en rendrons tout de suite compte“, assure Julie Joly. Les premiers dossiers reçus sont “très intéressants”, selon la directrice.

Les oraux, qui sont quant à eux conservés, auront lieu du 24 mai à fin juin, dans les locaux de l’école, dans le XIIe arrondissement de Paris. Les résultats définitifs seront connus la première semaine de juillet.

À noter que pour financer le traitement de ces centaines de dossiers, le CFJ a augmenté le coût du concours d’une cinquantaine d’euros : il passe à 299 € cette année. Pour les boursiers, le CFJ rembourse la moitié de la somme. Avis aux plumes de demain.

Les frais de scolarité en augmentation

La hausse des frais de scolarité au CFJ en 2018 est notable : ceux-ci passent de 4.960 € à 6.790 € par an. La décision n’est “en aucun cas” liée aux nouvelles modalités de recrutement.

“Cela est dû à la baisse très forte de recettes liée aux nouvelles réglementations de la taxe d’apprentissage. Nous n’avons pas le choix pour que l’école continue d’exister et de proposer des formations de qualité”, explique Julie Joly, la directrice, assurant que ces montants restent dans la fourchette de prix des écoles de journalisme reconnues par la profession, en dehors des établissements universitaires.

Les frais de scolarité restent en revanche inchangés pour les boursiers : 2.750 €.

vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.