Logement étudiant : foyer ou colocation, le choix du collectif


Logement étudiant : foyer ou colocation, le choix du collectif logement lifestyle étudiant colocation

Si vous redoutez de tourner en rond seul dans un studio, choisissez un mode de logement collectif ! Colocation ou chambre dans un foyer étudiant, plusieurs options sont possibles.

“Je n’aime pas la solitude, n’avoir personne à qui parler. La colocation était une évidence pour moi”, affirme Thibault, étudiant en licence de STAPS (sciences et techniques des activités physiques et sportives) à l’université Savoie-Mont-Blanc. Il a enchaîné les colocations pendant quatre ans, avec des personnes différentes. “Nous étions cinq dans mon premier appartement partagé, ce n’était pas toujours facile d’avoir le même rythme, pour manger ensemble notamment. J’étais avec deux couples et j’avais parfois l’impression de tenir la chandelle”, se souvient-il.

Colocations entre amis ou inconnus
Pour lui, l’un des avantages principaux de la colocation est de “pouvoir partager ses courses et ses repas, pour faire des économies”. Un principe qu’il n’a pas pu mettre en place dans chacune de ses colocations. “Pour la seconde colocation, à trois, je partageais les courses avec un colocataire, et l’autre personne préférait s’occuper de ses repas à part.” L’une de ses meilleures expériences de colocation a été avec deux amis, investis comme lui dans la même association. “On se réunissait tout le temps à l’appartement, nos projets avançaient rapidement puisqu’on vivait ensemble”, raconte-t-il.

Pierre, étudiant à l’ESC Rennes, déconseille les colocations entre amis, car “on n’ose moins se dire les choses”. Depuis une mauvaise expérience, il privilégie les colocations avec des inconnus. “Cela permet de se faire des amis en dehors de son milieu scolaire, d’avoir d’autres genres de discussions”, souligne-t-il. L’étudiant a choisi ce mode de logement également pour son coût moindre : il dépense 360 € par mois pour un loyer tout compris (charges, Internet, taxe d’habitation…). Selon lui, pour vivre en colocation, il faut “être sociable, curieux, ouvert d’esprit et prêt à découvrir d’autres personnes”.

Vivre en foyer étudiant

Axel, lui, a choisi l’option “foyer étudiant”. En quatrième année de médecine à Paris-Diderot, il habite depuis trois ans à la résidence Home’R de Gennevilliers (92), dédiée aux étudiants et aux jeunes chercheurs. “J’ai dû partir de chez mes parents, j’étais dans une situation d’urgence et il me fallait un logement meublé à prix abordable, c’était donc un bon plan idéal”, se souvient-il. Axel paie 376 € par mois, pour un logement de 17 m2, situé à 25 minutes de son université.

Attention, les places sont chères. Le réseau des 75 foyers adhérents à l’UNME (Union nationale des maisons d’étudiants) propose plus de 7.000 lits dans 24 villes en France. Vous trouverez leurs coordonnées sur le site de l’UNME. Une chambre coûte entre 350 et 550 € par mois. Comptez en moyenne 600 € et jusqu’à 900 € si vous optez pour une formule nourri-logé (demi-pension). Axel a lui choisi une résidence du réseau ALJT, qui propose plus de 6.300 logements en Ile-de-France, pour les jeunes actifs et étudiants.

Pour Axel, le principal atout du foyer est “d’être adapté aux étudiants”. “Ne pas avoir de garants n’était pas un problème et j’ai pu bénéficier de Loca-pass.” L’étudiant apprécie la vie en collectivité : “On nous aide dans nos démarches et il y a une bonne ambiance : soirées à thème, rencontres sportives, salle de travail partagée…” Seul inconvénient selon lui : “On ne peut pas aménager soi-même son appartement, si, par exemple, on est habitué à dormir dans un lit double, il faut souvent faire une croix dessus !”

Les règles de la collectivité

La vie en foyer étudiant ou en colocation impose des règles pas toujours faciles à respecter si vous ne vous êtes pas mis d’accord au préalable. “Il faut se partager les tâches ménagères, ce qui est souvent difficile si on n’a pas l’habitude de vivre de la même manière… mais cela nous apprend la vie en collectivité !” constate Pierre.

L’une des règles primordiales pour Thibault : “Éviter d’inviter des personnes sans prévenir les autres.” Attention aussi au rythme de vie et d’études de chacun : quand l’un prépare un concours et que l’autre est en stage ou a fini son année, la cohabitation peut s’avérer compliquée.

Colocation, vos droits

Les colocataires doivent signer un bail avec le propriétaire : soit un bail par personne, soit un bail établi au nom de tous les colocataires. Attention, si vous n’apparaissez pas sur le bail vous n’avez officiellement aucun droit. Pour remplacer un colocataire parti, les propriétaires ont souvent recours à un avenant au bail déjà existant pour faciliter les choses.

Chaque colocataire doit souscrire une assurance habitation, afin de se protéger contre les risques (incendie, inondation, détérioriation…). Il arrive que le bailleur prenne l’assurance et qu’il répartisse le coût entre les colocataires.

Prenez aussi garde à la clause de solidarité, appliquée au paiement du loyer et de la caution. Si l’un des colocataires ne paie pas, le propriétaire est en droit de vous réclamer la somme due. Le collectif se joue jusqu’aux impayés !


Like it? Share with your friends!

Aicha Aidara

0 Comments

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Choose A Format
Personality quiz
Series of questions that intends to reveal something about the personality
Trivia quiz
Series of questions with right and wrong answers that intends to check knowledge
Poll
Voting to make decisions or determine opinions
Story
Formatted Text with Embeds and Visuals
List
The Classic Internet Listicles
Countdown
The Classic Internet Countdowns
Open List
Submit your own item and vote up for the best submission
Ranked List
Upvote or downvote to decide the best list item
Meme
Upload your own images to make custom memes
Video
Youtube, Vimeo or Vine Embeds
Audio
Soundcloud or Mixcloud Embeds
Image
Photo or GIF
Gif
GIF format