Une réfugiée syrienne, victime d’un cruel harcèlement scolaire, met fin à ses jours


Une réfugiée syrienne, victime d’un cruel harcèlement scolaire, met fin à ses jours syrienne refugiee petite fille harcellement Canada Amal Alshteiwi Amal Alshteiwi

En l’espace de quelques mois, la petite fille pleine de vitalité, gaie et espiègle qu’était Amal Alshteiwi, 9 ans, avait perdu sa joie de vivre.

Alors que la peur du lendemain hantait ses nuits, c’est l’estomac noué que, chaque matin, elle empruntait le chemin qui la menait vers l’école, ce temple du savoir et du savoir-être devenu un lieu de souffrance, au-delà de ce qu’elle pouvait humainement tolérer.

L’histoire tragique de cette petite fille syrienne qui, avec sa famille, avait fui son pays déchiré par la guerre il y a plus de trois ans, avant de trouver refuge à Calgary, au Canada, est celle du harcèlement scolaire, cruel et mâtiné de racisme, qui a ajouté du drame au drame déjà incommensurable des réfugiés contraints à l’exode.
Une réfugiée syrienne, victime d’un cruel harcèlement scolaire, met fin à ses jours syrienne refugiee petite fille harcellement Canada Amal Alshteiwi Amal Alshteiwi
Les yeux pétillants de la petite Amal se sont fermés à jamais, laissant ses parents totalement anéantis par sa mort brutale qu’elle a vraisemblablement choisi de se donner pour mettre fin à son long calvaire.

L’horreur impensable s’est produite début mars : la petite fille de 9 ans, traitée constamment « d’élève stupide et laide », mais aussi insultée en raison de son voile et de ses origines, jusqu’à être brutalisée et, pire encore, incitée au suicide par certains de ses camarades de classe, a été découverte sans vie dans sa chambre. Les circonstances de son décès n’ont pas été divulguées.
La nouvelle du geste fatal, insupportable car contre nature, commis par une enfant poussée au désespoir, a provoqué une forte onde de choc émotionnel au pays de l’érable, réputé pour être un îlot du multiculturalisme, très attaché aux valeurs d’ouverture, de tolérance et de l’acceptation de l’altérité.

Surmontant le deuil qui les frappe si cruellement, les parents de la regrettée petite fille, qui aimait l’école et se faisait une joie de préparer son cartable pour s’y rendre, témoignent aujourd’hui devant les médias canadiens.

Ils relatent la lente descente aux enfers de leur enfant, devenue le souffre-douleur d’un groupe d’écoliers dont les persécutions à son encontre allèrent crescendo, et ce, en toute impunité. Le plus scandaleux dans ce récit effrayant, c’est sans nul doute l’inertie coupable, ou plutôt la non-assistance à personne en danger, dont a fait preuve la direction de l’établissement scolaire, s’obstinant à nier les faits reprochés devant une famille en détresse, qui appelait désespérément à l’aide dans un désert d’empathie et de réactions.


Les parents d’Amal décidèrent finalement de l’inscrire dans une autre école. Malheureusement, quatre jours après avoir changé d’établissement, la petite fille, terrifiée par les nouvelles menaces proférées par ses bourreaux, choisit d’en finir.

« Deux semaines avant de quitter cette école pour aller dans une autre école, des enfants sont venus la voir et lui ont dit:” Même si tu déménages dans une autre école, ils ne vont pas t’aimer, ni les enfants ni les enseignants. Où que tu ailles, tu ferais mieux de te tuer », a déclaré sa maman dévastée à Global News.

Sam Nammoura, cofondateur de la Calgary Immigrant Support Society, bouleversé par le drame, a expliqué que la famille d’Amal était totalement désemparée face à ce que leur fille subissait. Comme nombre de familles de réfugiés et d’immigrants, elle ne se sentait pas capable de rechercher d’autres soutiens face au mépris de l’institution scolaire, la barrière de la langue constituant un handicap majeur.

Bien qu’accablés de chagrin, les courageux parents d’Amal ne veulent plus rester dans l’ombre. C’est en pleine lumière, sous les objectifs des caméras, qu’ils alertent désormais les autres parents sur les dangers du harcèlement scolaire, en mémoire de leur enfant qui en fut une victime expiatoire, à l’âge de l’insouciance dans un temple scolaire sanctuarisé… ou censé l’être.

-Senedico News.


Like it? Share with your friends!

Aicha Aidara

0 Comments

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Choose A Format
Personality quiz
Series of questions that intends to reveal something about the personality
Trivia quiz
Series of questions with right and wrong answers that intends to check knowledge
Poll
Voting to make decisions or determine opinions
Story
Formatted Text with Embeds and Visuals
List
The Classic Internet Listicles
Countdown
The Classic Internet Countdowns
Open List
Submit your own item and vote up for the best submission
Ranked List
Upvote or downvote to decide the best list item
Meme
Upload your own images to make custom memes
Video
Youtube, Vimeo or Vine Embeds
Audio
Soundcloud or Mixcloud Embeds
Image
Photo or GIF
Gif
GIF format