Augustin Ndour, immigrant sénégalais et candidat à la présidence en Espagne


Augustin Ndour, immigrant sénégalais et candidat à la présidence en Espagne poltique Espagne candidat Augustin Ndour

Augustin Ndour fait partie des candidats qui vont briguer un mandat présidentiel en Espagne, aux élections du 28 avril prochain.

Cet immigrant sénégalais de 49 ans qui était « sans papiers » et qui tentait de survivre en Espagne, n’avait pas envisagé « même dans ses rêves les plus lointains » d’être le premier candidat d’origine africaine à vouloir être président du gouvernement d’Espagne.

Près de vingt ans après son arrivée à Grenade, la ville où il vit et travaille, Augustin pour la majorité dirige la candidature de « Pour un monde plus juste » (M + J) . Il veut rompre avec la haine et les préjugés qui pèsent sur des gens comme lui, rien que sur des combattants qui tentent de mener une vie digne.

M. Ndour est un militant et travailleur de Caritas à Grenade depuis 17 ans. Là, il gagne sa vie et peut aider sa femme et ses enfants, qui résident dans leur pays d’origine et peuvent le voir quelques fois par an. Ce candidat atypique, qui sourit avec humilité, représente les idéaux de son parti. M + J est une petite formation politique de 206 militants, née en 2004, qui poursuit la fin de la pauvreté et des inégalités dans le monde. Ils ont réussi à se faire concurrence dans 41 provinces.

Voici l’intégralité de son entretien avec des journalistes…

-Pourquoi as-tu décidé de venir vivre en Espagne ?

– Mon frère travaillait à Lisbonne en tant que professeur de portugais et il m’a donné le visa pour pouvoir venir en Europe. En fait, je n’avais pas de destination fixe, je voulais aller en Europe pour améliorer mes conditions de vie et les personnes qui m’entourent. J’ai passé près de deux ans à Lisbonne et j’y ai appris qu’en Espagne, lorsque José María Aznar gouvernait de manière informelle, la situation de nombreux immigrants était en cours de régularisation, car c’était l’époque du boom immobilier et du travail nécessaire. Grenade, je ne la connaissait pas, j’y suis arrivée par hasard. Un an et demi après mon arrivée, je me suis régularisé et j’ai commencé à travailler à Cáritas et j’avais alors 17 ans.

– Pendant tout votre séjour en Espagne, avez-vous rencontré plus d’obstacles sociaux ou institutionnels?

– Institutionnels. Ils sont aussi les plus nuisibles. Les barrières sociales sont facilement surmontées parce que les gens changent le concept qu’ils ont de vous quand ils vous connaissent. Cependant, les obstacles administratifs génèrent des souffrances inutiles. Quand j’ai le plus souffert, c’était à mon arrivée car je n’avais pas le droit de travailler. Je me souviens que je suis allé dans un magasin d’appels pour appeler le Sénégal et ils m’ont envoyé l’argent que j’avais économisé de Lisbonne. Le garçon qui s’occupait de moi m’a regardé avec un visage … Il m’a demandé: « Vous ont-ils envoyé de l’argent du Sénégal ici ? » La vente dans la rue était très mauvaise pour moi et c’était la seule chose que je pouvais faire (rires). La souffrance des personnes qui se déplacent avec la police pour le seul fait de ne pas avoir de papiers est l’un des obstacles les plus injustes.

– Que répondriez-vous à ces politiciens comme Pablo Casado ou Albert Rivera qui refusent les mesures favorables aux immigrés parce qu’ils provoqueraient un « effet appelé »?

– L’effet appelé est la richesse de l’Europe et l’appauvrissement des personnes d’origine. Chaque être humain aspire à bien vivre avec dignité. Le droit de ne pas avoir à émigrer doit prévaloir et, pour cela, nous devons changer les politiques de coopération et de commerce international. Nous ne pouvons pas prétendre vivre dans une prison de murs construits avec opulence et que d’autres vivent à l’extérieur sans pouvoir entrer. Ce n’est pas viable. De plus, nos peuples ne sont pas pauvres, mais appauvris. L’Afrique est très riche en ressources: un tiers de la matière première et de l’énergie appartient au continent africain, 60% des terres arables sont africaines et la plus forte croissance démographique est africaine. Il y a un potentiel, mais aucun peuple n’a développé un autre peuple, mais les gens se développent eux-mêmes. À l’heure actuelle, nos politiques commerciales sont conçues de telle sorte que quiconque achète en met les prix et constitue une règle du jeu qu’il nous faut changer. Par exemple, si je pouvais choisir le prix de votre téléphone pour me le vendre, je dirais un euro, mais ce n’est pas juste. Le modèle de coopération après 60 ans n’a servi à rien. Quelque chose échoue. Nous devons regarder de front cette réalité et dialoguer pour la changer.

– Faut-il que les dirigeants africains en Europe proposent d’autres types de relations entre les deux continents ?

– Sans aucune doute. Après la révolution industrielle et technologique, la révolution de la rencontre doit avoir lieu. Il est nécessaire que les Africains s’unissent, disposent d’une voix pour parler avec l’Occident et recherchent une solution commune viable. Au 21ème siècle, il n’est pas normal que des milliers de personnes continuent de mourir en mer pour chercher du pain. Ce sont des êtres humains. En fait, le monde le permettrait-il s’il s’agissait d’Allemands, d’anglais ou de français ? Il y a beaucoup de gens qui ne se soucient pas de la vie des pauvres, mais nous voulons travailler pour la pleine dignité de l’être humain, sans distinction de race ou de croyance.

– Quelle est la raison principale qui t’a encouragé à se porter candidat à la présidence du gouvernement ?

– Une des raisons est que parfois des personnes bien connues de toute vie, des personnes bien, soudainement, ils vous prononcent un discours de rejet qui vous laisse paniquer, comme si vous vous réveilliez d’un cauchemar. En Espagne, il y a une surprotection de ce qui est à moi: je pars d’abord et, le cas échéant, dans le reste du monde. Mais ce monde nous appartient à tous et nous devrions tous avoir la possibilité de vivre assez bien. Ce n’est pas normal pour un Français, un Espagnol ou un Allemand de voyager où ils veulent et un Sénégalais ne peut pas le faire. Vous et moi voulons les mêmes choses, soyez heureux et ne demandez rien d’autre.

Une autre raison est de donner espoir à beaucoup de gens qui, comme moi, sont partis de rien et sont sans papiers. Il y a des gens très bien préparés qui, par peur, restent dans un coin. J’explique souvent que si une fille du Sénégal, du Mali ou du monde entier, à cause de son QI, est la seule à pouvoir mettre au point un remède contre le cancer et ne le fait pas car elle ne peut pas étudier, l’humanité entière en perd.

– Si vous devez se définir politiquement, diriez-vous que vos idées sont plutôt de droite ou de gauche ?

– Il y a quelques années, j’aurais dit celles de la gauche, mais j’ai compris que les gens veulent des solutions à leurs problèmes. Peu importe l’idéologie que nous avons. La plupart des gens aspirent à des politiciens attachés aux besoins des citoyens. En fin de compte, il est important que les politiciens puissent parler, parler et résoudre des problèmes réels. Ce que nous devons faire, c’est travailler pour qu’il y ait une concorde, que nous puissions nous développer et être heureux.

– Partagez-vous des idées avec des mouvements sociaux tels que le féministe ou l’écologiste ?

– Je suis une activiste noire, je dois juste ne pas soutenir le mouvement féministe. Je comprends parfaitement ce qu’ils prétendent. En ce qui concerne l’écologie, cette planète est ce que nous avons et nous devons en prendre soin parmi tous. Le rythme de consommation que nous avons est insoutenable. Nous devons aller à la base, à une consommation responsable. Nous défendons l’élimination de la taxe sur les équipements que nous pouvons réparer. Ce serait une des mesures: ne pas consommer ce dont nous n’avons pas besoin. Nous ne pouvons sortir de ce gâchis dans lequel nous sommes impliqués qu’en étant responsables de notre consommation.

– Vous ne représentez sûrement pas l’idée d’espagnol que Santiago Abascal a en tête. Que voudriez-vous lui dire ?

– Je dirais seulement qu’il a le devoir de dialoguer et que nous devons prospérer ensemble, sans exclure personne. Pour cela, nous devons parler. Comme s’il n’accepterait jamais mes idées ou les siennes, mais au moins, nous pouvons vivre bien et gaiement.

– Quelle serait la première mesure qui serait mise en œuvre si vous atteignez le Congrès des députés ?

– Peut-être, depuis que je suis immigré, ce qu’on attend le plus de moi, ce sont des mesures de migration, des mesures à la frontière. J’aimerais que les frontières soient des lieux de rencontre car elles ne peuvent être des lieux de mort et de souffrance. Je proposerais que les immigrants en Espagne puissent régulariser leur situation après six mois pour pouvoir travailler. Maintenant, ils ont besoin de trois ans et c’est trop long. Cela génère des souffrances inutiles et, bien que ces personnes paient également des impôts, elles ne peuvent pas s’inscrire en tant que personne supplémentaire. C’est l’une des mesures que nous prenons parmi beaucoup d’autres. Je parierais également sur les itinéraires sûrs pour que les personnes n’aient pas à risquer leur vie dans une roulette russe. Ces politiques de migration n’empêchent pas, ne font que freiner et briser le rêve de trop de gens.

-Senedico News.


Like it? Share with your friends!

Aicha Aidara

0 Comments

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Choose A Format
Personality quiz
Series of questions that intends to reveal something about the personality
Trivia quiz
Series of questions with right and wrong answers that intends to check knowledge
Poll
Voting to make decisions or determine opinions
Story
Formatted Text with Embeds and Visuals
List
The Classic Internet Listicles
Countdown
The Classic Internet Countdowns
Open List
Submit your own item and vote up for the best submission
Ranked List
Upvote or downvote to decide the best list item
Meme
Upload your own images to make custom memes
Video
Youtube, Vimeo or Vine Embeds
Audio
Soundcloud or Mixcloud Embeds
Image
Photo or GIF
Gif
GIF format