Covid-19 : le Maroc pourra-t-il résister ?

Mohamed Benchaâboun affirme que lʼéconomie marocaine est capable de supporter les
conséquences du coronavirus. Ceci, grâce aux divers soutiens dont bénéficie le royaume de la
part des bailleurs de fonds bilatéraux et multilatéraux.

Lʼéconomie marocaine peut tenir le coup par rapport aux chocs induits par la crise sanitaire
causée par la propagation du covid-19, a rassuré Mohamed Benchaâboun, ministre de lʼÉconomie,
des finances et de la réforme de lʼadministration. Il tient cette assurance du soutien de bailleurs
de fonds aussi bien bilatéraux que multilatéraux au royaume.
“Les fondamentaux de lʼéconomie nationale sont assez résilients pour être en mesure
dʼabsorber, à court terme, les chocs induits par cette crise”, a affirmé Benchaâboun au
journal LʼEconomiste.

En plus du soutien de bailleurs de fonds, il faut, dit-il, ajouter les réserves de change du pays qui
couvrent plus de 5 mois et demi dʼimportations de biens et services. Il nʼa pas manqué dʼindiquer
que le recours au marché financier international ou à la facilité, offerte par le Fonds monétaire
international (FMI) au titre de ligne de précaution et de liquidité (LPL), peuvent être exploités pour
assurer la capacité de résilience de lʼéconomie du Maroc face à la crise.
Le Maroc a pris des mesures drastiques visant notamment à renforcer lʼinfrastructure sanitaire, à
préserver les emplois et à soutenir le pouvoir dʼachat des ménages vulnérables tout au début de
la crise. Selon le ministre, le Maroc a fait ces choix pour placer lʼhomme comme priorité tout en
préservant la résilience de lʼactivité économique.

Benchaâboun a déploré le manque de riposte concertée des différents secteurs de
lʼéconomie nationale qui devraient maintenir leur dynamique face à la crise du covid-19.
Le tourisme et les activités connexes, le transport aérien ainsi que le textile et
lʼautomobile sont des secteurs qui ont été très touchés.

Rappelant les mesures drastiques prises par le royaume, le ministre a cité la mise en isolement du
territoire, le confinement précoce de la population et la mise en place du Comité de veille
économique, pour définir des actions pouvant contenir les conséquences sanitaires,
économiques et sociales de la crise du covid-19.

Pour le ministre, tout ce qui a été fait pour juguler la crise, révèle la capacité du Maroc à relever
les défis auxquels il fait face, mais surtout à transformer les risques en opportunités. Cʼest
pourquoi il nʼa pas manqué de saluer la solidarité spontanée tant des citoyens marocains que des
personnes morales publiques et privées, qui ont alimenté le Fonds spécial pour la gestion du
covid-19 par divers dons

vous pourriez aussi aimer
×