Sénégal: Mesures barriéres contre le coronavirus – Leçons sues chez les enfants

Pas d’écoles encore moins de jeux dans la rue, les enfants sont presque en mode confinement. Une monotonie qu’ils arrivent à surmonter grâce à l’apprentissage des mesures d’hygiène. Entre spots télés, graphiques, vidéos… , ils assimilent tout et avec joie.

Ne vous aventurez surtout pas à tendre la main à la petite Khadidiatou Sall. C’est à la limite si elle ne vous attaque pas. « Mon père a dit que si on sert la main, on attrape le coronavirus », dit-elle, tendant le coude. Comme Khadija, beaucoup de mômes ont assimilé les mesures barrières.

Trouvés dans un grand un salon, trois enfants ont les yeux rivés sur le petit écran. Même s’ils sont concentrés, ils n’oublient pas pour autant les règles de base.

Ils chantonnent les règles. Le plus âgé est le lead vocal. Le texte est simple : « On ne sert pas la main, on tousse sous le coude, si on veut se moucher, on utilise un mouchoir et on le jette aussitôt », récite Madani, le plus âgé.

Mais il a oublié une règle importante. La distanciation sociale. « Il faut une distance entre nous », s’écrie le plus jeune, Seydou, tout en poussant les autres à reculer.

En effet, depuis que le coronavirus est apparu entraînant la fermeture des écoles, la plupart des enfants ne sortent presque plus de chez eux. Une situation qui a fini de les plonger dans une grande monotonie. Une aubaine pour certains parents.

« Parfois, mes enfants me rappellent à l’ordre »

Femme au foyer, Rama Dia a mis cette période à contribution pour enseigner à ses deux enfants les mesures barrières. « Que cela soit le gel hydro-alcoolique ou la distanciation sociale, ils ont tout assimilé », se réjouit la mère de famille.

Mieux, ce sont les enfants eux-mêmes qui lui rappellent certaines règles. « Il m’arrive d’oublier de me laver les mains après un tour à la boutique, mais c’est avec plaisir qu’ils me rappellent à l’ordre, en me mettant du gel sur les mains », dit-elle.

Educateur spécialisé dans la petite enfance, Brigitte explique pourquoi les enfants sont aussi aptes à maîtriser ce type de leçons. En effet, dit-elle, ce sont des consignes imagées, par conséquent, elles sont plus faciles à assimiler.

« Par exemple quand tu montres à l’enfant que quand on tousse, on met le coude sur le nez, ou qu’on donne le coude au lieu de la main, il aime répéter ces gestes, c’est comme ça qu’il les assimile sans grandes difficultés », enseigne-t-elle.

L’impact des spots télés

Musiciens, footballeurs, ministres, toutes les célébrités se sont impliquées dans la sensibilisation. À travers des spots télés, les mesures d’hygiène sont expliquées de manière très explicite. Cloîtrés devant les télés à longueur de journées, les enfants ont fini de les mémoriser.

« Souvent je suis surpris par leur capacité de mémorisation. J’ai une fille de cinq ans, mais elle récite à la lettre presque tous les messages qui passent sur la sensibilisation contre le coronavirus », dit Ibrahima Soumaré, couturier de son état. Mieux, poursuit-il, c’est sa fille qui s’occupe désormais de la distribution du gel hydro-alcoolique aux autres membres de la famille.

vous pourriez aussi aimer
×