Coronavirus: “je suis l’infirmière qui débranche l’appareil respiratoire pour permettre aux patients de mourir en paix”

Les respirateurs font une énorme différence entre la vie et la mort pour certains patients sévèrement atteints de Covid-19.

Mais les équipes médicales sont confrontées à des décisions difficiles lorsqu’elles doivent débrancher ces appareils respiratoires pour ceux qui ne vont pas mieux.

L’accès à un respirateur peut faire la différence entre la vie et la mort pour certains patients sévèrement atteints de covid-19.

Les respirateurs les aident à faire entrer l’oxygène dans les poumons – et à en faire sortir le dioxyde de carbone – lorsqu’ils ne peuvent pas le faire eux-mêmes.

Mais ces appareils respiratoires ne peuvent pas tous les sauver, et les équipes médicales du monde entier sont confrontées à des décisions difficiles lorsqu’elles doivent arrêter le traitement de patients atteints de coronavirus qui ne vont pas mieux.

“Arrêter le respirateur est émotionnellement très traumatisant et douloureux. Parfois, j’ai l’impression d’être en quelque sorte responsable de la mort de quelqu’un”, explique Juanita Nittla.

Elle est l’infirmière en chef de l’unité de soins intensifs (ICU) du Royal Free Hospital de Londres.

Née dans le sud de l’Inde, Nittla travaille depuis 16 ans pour le Service national de santé en Angleterre, en tant qu’infirmière spécialisée en soins intensifs.

“Arrêter les respirateurs fait partie de mon travail”, a déclaré l’infirmière, âgée de 42 ans, à la BBC pendant son jour de congé.

Coronavirus: "je suis l'infirmière qui débranche l'appareil respiratoire pour permettre aux patients de mourir en paix" respiration infirmière covid 19

Dernier voeu

Au cours de la deuxième semaine d’avril, dès que Nittla s’est présentée au travail dans une équipe du matin très occupée, le responsable des soins intensifs lui a dit qu’elle devrait arrêter le traitement d’un patient atteint de Covid-19.

Cette patiente était une infirmière de santé communautaire d’une cinquantaine d’années. Nittla a parlé à la fille de la patiente du processus.

“Je l’ai rassurée en lui disant que sa mère ne souffrait pas et qu’elle avait l’air très à l’aise. Je lui ai également demandé quels étaient les souhaits de sa mère et ses besoins religieux”.

Dans l’unité de soins intensifs, les lits sont disposés les uns à côté des autres. Sa patiente en phase terminale était entourée d’autres personnes qui étaient également inconscientes.

Coronavirus: "je suis l'infirmière qui débranche l'appareil respiratoire pour permettre aux patients de mourir en paix" respiration infirmière covid 19   Coronavirus: "je suis l'infirmière qui débranche l'appareil respiratoire pour permettre aux patients de mourir en paix" respiration infirmière covid 19

“Elle était dans une baie de 8 lits. Tous les patients étaient très malades. J’ai fermé les rideaux et coupé toutes les alarmes”.

L’équipe médicale s’est également arrêtée un moment.

“Les infirmières ont arrêté de parler. La dignité et le confort de nos patients est notre priorité”, dit Nittla.

Elle a alors placé le téléphone près de l’oreille du patient et a demandé à sa fille de parler.

“Pour moi, ce n’était qu’un coup de fil, mais cela a fait une énorme différence pour la famille. Ils voulaient un appel vidéo, mais malheureusement les téléphones portables ne sont pas autorisés à l’intérieur de l’unité de soins intensifs”.

vous pourriez aussi aimer
×