Dame Mbodji : “L’année est blanche et il n’y a aucune autre possibilité”

Alors qu’on se projette vers une reprise des cours, le 2 juin, les Services du Ministère de l’Education ont fait des propositions sur les dates des examens scolaires. Le Certificat de fin d’études élémentaires (Cfee) et l’Entrée en sixième sont programmés, les 26 et 27 juillet. Le Baccalauréat devrait se tenir, le 3 août, et le Bfem, le 17 août. Ces propositions devraient être validées, à la suite d’une plus large concertation, avec l’ensemble des acteurs de l’Ecole.

Des propositions, déjà, rejetées par pas certains acteurs de l’Education. C’est le cas de Dame Mbodj, secrétaire général du Cusems/A. Interpellé par “Source A”, il estime que les délais, pour aller vers des examens, sont courts.

«On rejette ces dates. Comment peuvent-ils attendre, le 2 juin, avec tout le temps qu’on a perdu, pour faire revenir les élèves, pour un mois et demi, et aller aux examens ? Il faut qu’on soit sérieux. Si on avait repris, à temps, les cours, ce serait possible. C’est trop tard pour organiser des examens», a déclaré Dame Mbodji.

Pour Dame Mbodj, on devrait songer à reprendre les cours, un peu plus tôt, comme son Syndicat l’avait proposé, si on voulait aller à des examens sérieux. «Lorsqu’on avait écouté le ministre de l’Education nationale dire qu’ils ont validé l’année scolaire, à travers une émission à la radio, nous avions fait une proposition, depuis, qui consistait à faire revenir les élèves en classe d’examens. Et, nous avions demandé que les cours reprennent, à partir du 21 Avril. Là où nous ne sommes pas d’accord avec le ministre de l’Education, jusqu’à aujourd’hui, c’est de reprendre, le 2 juin», a-t-il déclaré.

Ainsi, à en croire Dame Mbodji, avec toutes ces perturbations, une année blanche est inévitable. «Pour une année scolaire où 4 mois sont perdus avec le mois d’octobre et les deux mois de grèves, si on y ajoute encore le mois de Mai, ça fera 5 mois sur 9, l’année est perdue. Puisqu’il n’y a pas assez de temps d’apprentissages, pour sauver l’année scolaire, nous, notre position est que l’année est blanche. L’année est blanche et il n’y a aucune autre possibilité. Mathématiquement, l’année est blanche», a-t-il soutenu.

vous pourriez aussi aimer
×