Covid-19 : Le coup de gueule des enseignants victimes de stigmatisation

Bonjour ! Nous collègues a Doumga Ouro alpha (village du nord-est du Sénégal situé dans la moyenne vallée du fleuve Sénégal, à proximité de la frontière avec la Mauritanie) sommes victimes d’une discrimination ou stigmatisation inouïe depuis que nous sommes de retour de Dakar. Dans les rues les gens nous appellent Corona ou cas communautaire parfois d’un air taquin mais offensant.

Les collègues sont terrés chez eux depuis qu’ils sont arrivés. Même pour avoir une glace c’est un problème. Dès qu’ils sortent ils sont dévisagés! Nous sommes au devant de l’actualité….il ya 2 jours les choses ont dégénéré.

Le chef de village a convoqué une réunion et ceux qui étaient à la réunion ont décidé de passer voir les collègues pour leur dire de se faire tester ce dimanche et que s’ils refusaient ils seraient expulsés du village a partir de lundi. Voici ce qui a conduit à ça.

L’Infirmier Chef de poste ou ICP a commencé a appeler les collègues pour leur parler de test car dit-il il y’a eu des cas positifs parmi ceux qui avaient pris les bus DDD. Ce même ICP est même allé jusqu’à visiter une de nos collègues chez elle pour lui dire qu’il doit se faire tester. Et pour convaincre la collègue il a impliqué les voisins et la famille hôte de la collègue. Conséquence ce collègue est plus stigmatisée et les villageois disent qu’elle est infectée. (Avait il le droit d’aller CHEZ les collègues)!

Nous collègues de DOA notre position est simple nous sommes pas contre les tests en principe mais la manière dont ICP a voulu le faire parce que bousculé par la population ou des autorités ne nous satisfait pas. Depuis hier on ne parle que des enseignants. Certains sont même rentrés, d’autres le feront incessamment car il est plus prudent d’être avec sa famille que dans un village ou personne ne veut de toi même tes propres élèves…

Je rappelle que je suis originaire du village mais cette situation ne me laisse pas indifférent car étant victimes comme les autres et surtout par respect à mes principes dont le respect de la dignité humaine. Pour conclure je dénonce avec fermeté le silence des autorités académique et la légèreté de la réaction ou déclarations individuelles des syndicats face a cette stigmatisation. Il faut le vivre pour NOUS comprendre. Personnellement je me suis jamais senti aussi mal au plus profond de moi avec tous les sacrifices que les collègues font a DOA!

vous pourriez aussi aimer
×