La “convocation”, un film de Netflix tourné à l’UCAD

Une brillante étudiante nigériane s’attaque à l’institution universitaire en dénonçant un professeur respecté qui a tenté de la violer. Inspiré de faits réels.


Tout y est ! Premièrement, notons la touche panafricaine ! Dans le dialogue, la musique et les costumes, la destination “Afrique” est vendue. Je ne parle même pas de Seun Kuti et de Youssou Ndour. Les costumes ! Fabuleux ! Il y a le dictactique aussi. Grâce à ce film, je viens de découvrir l’histoire de Kevin Carter et de sa photo au Soudan…
Deuxièmement, ce que je reproche toujours aux séries sénégalaises, ce luxe ostentatoire qui présente une image édulcorée du pays.
Luxe ne signifie toujours pas beauté. Dans ce film, je rappelle, produit par des nigérians, on contemple toute la beauté naturelle du Sénégal et de Dakar. Ce que nos séries peinent à montrer. Eux, ils viennent et le font à notre place. Au moment où nos montrons de belles voitures américaines, les producteurs du film mettent un “car rapide” qui sillonnent Dakar. Chez nous, nous en sommes toujours à des rencontres dans des hôtels 5 étoiles. Ce film nous montre carrément la démarche à adopter.
Troisièmement, il y a l’idée de fond : le message véhiculé à travers le film. Le harcèlement sexuel. A travers son héroïne, l’auteur met la lumière sur ce fait social. Beaucoup de femmes en souffrent et parfois passent leur mal sous silence. Ce film est un excellent plaidoyer ! De manière subtile, le film présente le problème et présenté une esquisse de solution : la solidarité. On peut mieux faire en utilisant nos acquis à bon escient mais….

La source Teledakar
vous pourriez aussi aimer
×