Covid-19 : Une vingtaine de décès chez les enseignants

La pandémie à coronavirus n’a pas épargné l’école sénégalaise. Plus de 20 enseignants ont perdu la vie à cause du Covid-19. L’annonce est du secrétaire général du Cadre Unitaire des Syndicats d’Enseignants du Moyen Secondaire (CUSEMS), Abdoulaye Ndoye, en conférence de presse, ce mardi, à Dakar.

Le désarroi

“Le nombre de morts dû au covid-19 dépasse aujourd’hui l’entendement humain au niveau national. A ce jour, pas moins d’une vingtaine d’enseignants sont morts du covid-19. Le taux de contamination inquiète et l’angoisse s’est installée“, a fait savoir Abdoulaye Ndoye, très frustré par cette situation.

“J’ai chopé le virus”

Il a tenu à faire des révélations énormes. “Hier nuit, un collègue m’a appelé pour me dire qu’il a chopé le virus et l’a transmis à sa famille. Jusqu’au petit matin, nous cherchions les moyens pour la prise en charge de son épouse, qui traîne des maladies chroniques“, a déclaré avec amertume, le secrétaire général du Cusems.

Une situation catastrophique

Il dénonce: “Plusieurs enseignants sont contaminés. L’heure est grave. C’est si comme on disait aux enseignants, allez mourir. Aucune disposition n’est prise. Le protocole sanitaire est dans l’impossibilité d’être respecté (Port de masque, la distanciation, des écoles sans toilettes, entre autres). On a des cas partout au Sénégal (Dakar, Bambey, Thiès…)“, regrette-t-il.

La maladie est virulente

L’école sénégalaise est en train de vivre des moments impies dans ce contexte de pandémie. La peur fuse de partout. “Au niveau de l’enseignement supérieur, c’est l’hécatombe. Le covid est une maladie qui traverse les organismes sain et jeune. C’est surtout une maladie virulente pour des organismes affaiblis. Le Coronavirus se développe dans les milieux où les structures sanitaires sont défaillantes ou inexistantes. C’est le cas au Sénégal“, déplore M. Ndoye.

Des enseignants meurent comme des mouches

Ces enseignants appellent l’autorité à revoir sa posture par rapport à cette situation désastreuse. “Nous n’accepterons plus que les enseignants meurent comme des mouches. Nos gouvernants ont pris la peine de se barricader. Au moment où on a laissé plus de 4 millions 500 000 Sénégalais à eux-mêmes“, a souligné le Sg du Cusems qui souligne que “3 professeurs de philosophie ont perdu aussi la vie.”

vous pourriez aussi aimer
×